Expérimenter, échanger, développer

Le Bbf de juillet 2016 publie un « Point de vue sur … bibliothèques publiques et religions » de Bernard Huchet intitulé « Laïcité, ambiguïté, perplexité » dans lequel BH cite notre blog « Bibliothèques, maisons communes ». Le blog, ainsi que la la journée d’étude de mai 2015 de l’Abf IdF « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? : les bibliothèques après les événements de janvier 2015 » sont convoqués – eux seuls d’ailleurs, par paresse de l’auteur ? – comme faisant partie d’un grand mouvement d’autocélébration laïque après les attentats de janvier 2015. Voici in extenso le paragraphe où le blog est cité:

« Il n’entre pas dans mes intentions de critiquer l’émotion provoquée par ce drame, ni bien sûr d’en justifier les auteurs, ou même de remettre en cause le grand mouvement d’autocélébration laïque dont certains professionnels des bibliothèques se sont alors faits les acteurs 2. Mais en filigrane des événements rebondit maintenant la question, qu’il est difficile de situer clairement dans ce débat, de la position de la bibliothèque généraliste à l’égard du « fait religieux », marquée trop souvent par l’hostilité, la prudence ou la frilosité, même si quelques rares études nous font modérer ce jugement traditionnel, et de type intuitif  3. Otages d’un fanatisme inadmissible qui récupère et corrompt leurs valeurs pour en légitimer des crimes barbares, seulement passibles du droit commun, les religions ne doivent pas être les victimes collatérales d’une laïcité survoltée par l’épreuve. »

La note 2 renvoie au blog et à la journée d’étude. Il m’a paru intéressant de citer tout le paragraphe comme emblématique de la volonté provocatrice et polémique de l’auteur. Je n’ai aucun problème avec ça. Sinon que, s’il est facile de nous situer, Dominique et moi, au vu de nos prises de position claires qui appellent au débat et aux opinions contraires, si notre initiative vaut ce que valent les tentatives constructives, la position de l’auteur Bernard Huchet est bien difficile à qualifier. Tout en procédés rhétoriques et en dénégations, en attaques plus ou moins voilées dont il se défend aussitôt, l’article est à l’image de ce paragraphe qui commence par une dénégation. On sait bien ce que valent ce genre de précautions oratoires – tout est dans le « Mais… » -, ne perdons pas de temps à l’analyse : vous ne saurez pas ce que pense réellement Bernard Huchet car il ne trouve à aucun moment le courage de le dire. Vous verrez qu’après un certain nombre de circonvolutions, critiquant l’attitude générale des laïcs vis-à-vis des religions, la bibliothèque généraliste, la presse, les collègues, le 3e lieu, les programmes scolaires, j’en passe et des meilleures, BH finalement revient à encenser la Bpi et la BM de Rennes qu’il semble opposer au reste de la profession pour leurs initiatives. Il ignore manifestement ce qui s’est fait dans la plupart des bibliothèques et préfère adopter un ton polémique et stérile pour exprimer indirectement un certain nombre de regrets sur la marche du monde et des bibliothèques, sur les religions, allant même jusqu’à conseiller à la cantonade un meilleur traitement du fait religieux dans la société française… et dans nos bibliothèques. C’est ambitieux, comme les grandes eaux de Versailles chez Corne d’Auroch.
Ces comptes une fois réglés avec des ennemis mal définis – ses collègues, la modernité, l’athéisme, la marche du monde ? – BH revient à des considérations de politique documentaire… bien décevantes au vu de ce qui précède : aucune BM de France ou de Navarre ne l’avait attendu pour mettre en réflexion et en œuvre ces aspects.
Mais contre qui se bat-il ?
Il cite bien peu de sources et abuse des formules rhétoriques, des désignations générales (« les établissements », « certains professionnels ») pour les opposer à d’autres, tout autant mal définis.
En définitive, que dit réellement Bernard Huchet ? Et avait-il besoin de faire ce grand détour polémique pour y raccrocher artificiellement deux/trois choses pas si fausses sur la Dewey et les religions ?
A défaut de bien le comprendre, on se sent finalement assez peu concernés. Reste son contre-sens complet sur le blog.
Mais est-ce si grave?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :